Les Jeux mondiaux militaires sont dans les livres d’histoire

Article : Gert-Jan D’Haene – Photos : Gert-Jan D’Haene – Ritchie Sedeyn

Les Military World Games de Wuhan sont terminés. Après avoir attendu le plus grand événement sportif militaire au monde pendant quatre ans, le spectacle se devait d’être à la hauteur. Et la Chine, pays hôte, aura entièrement répondu aux attentes avec une cérémonie d’ouverture grandiose, un tout nouveau village pour athlètes et des infrastructures sportives faisant rêver leurs dignes occupants. Notre délégation belge n’est pas revenue les mains vides. Elle aura décroché trois médailles dans les trois métaux. Compte rendu de ces dix jours passionnants.

Quelque 10 000 athlètes issus de 109 pays ont rejoint la Chine pour les Military World Games (MWG). Plus d’un an à l’avance, le pays hôte avait attisé la curiosité de tout un chacun pour cet événement quadriennal. Une communication très active permit aux athlètes de savoir de quoi il retournait.

Le confort des nouveaux stades et de leur village auront impressionné les nombreux sportifs. En présentant la mascotte Bingbing, le Conseil International du Sport Militaire (CISM) démontrait qu’il ne laissait rien au hasard. La question était encore de savoir si le pays hôte pouvait répondre aux attentes.

En posant le pied à Wuhan, les athlètes comprenaient immédiatement qu’ils n’avaient pas été les seuls à se préparer à ces MWG. La ville entière attendait l’événement. Bingbing était omniprésente à l’aéroport et de nombreux collaborateurs étaient prêts à accueillir chaque délégation. Le trajet en bus vers le village des athlètes confirmait ce que tout un chacun avait pu constater à l’aéroport : la ville « respirait » le sport. Les athlètes et leurs accompagnants étaient d’ores et déjà impressionnés alors que les Jeux mondiaux n’avaient pas encore commencé …

Infrastructures et plan de circulation sur mesure

L’organisation dut relever un énorme défi pour accueillir des milliers d’athlètes prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes pendant dix jours. Leur nouveau village était situé juste au-delà du centre de Wuhan. Une multitude d’immeubles à appartements étaient visibles à des kilomètres à la ronde. Chaque pays se voyait attribuer son propre bâtiment. Dès que les athlètes prirent leur quartier, ils hissèrent rapidement leurs couleurs nationales et il était donc aisé de savoir quel pays occupait tel bâtiment.

Outre les chambres, les infrastructures abritaient une immense cuisine. Celle-ci a impeccablement rendu service à des milliers de visiteurs en leur proposant différents mets tous les jours. Des infrastructures sportives dans le domaine permettaient également aux athlètes de se préparer de manière optimale. Les nageurs pouvaient, quant à eux, se rendre dans l’un des nombreux bassins de natation de la ville.

Offrir un lieu de résidence à tous les athlètes est une chose. Les acheminer à temps pour leur compétition en était une autre qui a exigé de très nombreux préparatifs. Ici également, le pays hôte fit des merveilles en termes d’organisation. Quotidiennement, des dizaines de bus faisaient la navette pour déposer les athlètes et leurs accompagnateurs sur les lieux des différentes compétitions. On se demandait également si le trafic à Wuhan, ville de plusieurs millions d’habitants, n’allait pas perturber un planning chargé. Il n’en fut rien : pendant les MWG, une bande de circulation était réservée aux véhicules sur les principaux axes des jeux mondiaux. Les athlètes furent donc au centre de toutes les attentions pendant la durée de l’événement.

Spectacle d’ouverture délirant

La cérémonie d’ouverture donnait officiellement le coup d’envoi des MWG. Les délégations, réunies dans le Wuhan Sports Center Stadium, pouvaient franchir le grand portail de l’arène le soir venu. Ce moment donna la chair de poule à tous les athlètes. En présence du président chinois, chaque pays précédé d’un porte-drapeau, se présentait fièrement à un public nombreux.

Un gigantesque « son et lumière » suivit alors. Le pays hôte présenta son riche passé en marquant les esprits. Des centaines d’acteurs et de danseurs offraient un spectacle délirant dans lequel des personnalités célèbres telles que l’acteur Jackie Chan endossaient un rôle de premier plan. Les spectateurs profitèrent de chaque minute ainsi que d’un final en apothéose. Le public s’enthousiasma littéralement lorsque la « flamme militaire » fit son entrée dans le stade tandis que le drapeau chinois flottait fièrement aux côtés de celui du CISM. La torche fut ensuite allumée avec la flamme militaire et les jeux militaires mondiaux purent enfin commencer.

Plus grande délégation belge de l’histoire

La Défense envoyait une forte délégation de cinquante athlètes à ces septièmes jeux militaires mondiaux. Des responsables d’équipe, des monteurs de vélo, un accompagnateur médical ainsi qu’une équipe média complétaient la Team Belgium faisant de cette délégation, la plus importante à avoir jamais participé aux MWG. Bien entendu, la Défense ne voulait pas uniquement se distinguer par ses effectifs.

Nos compatriotes n’ont pas fait que de la figuration durant la première moitié de la compétition. En cyclisme, les sportifs de haut niveau Kaat Hannes et Jens Schuermans décrochaient tous deux un « diplôme » suite à leur belle sixième place. L’escrimeur Neisser Loyola démontrait également toute l’étendue de son talent contre des athlètes de niveau mondial. D’excellents résultats sans médaille mais le meilleur était encore à venir.

À la fin de la cinquième journée, le spécialiste du saut en hauteur Thomas Carmoy, benjamin de la Team Belgium entrait en piste. Le tout nouvel athlète de haut niveau de la Défense remerciait son nouvel employeur en remportant une étonnante médaille de bronze. Cette dernière permit ainsi à la Belgique de faire son entrée dans le classement des médailles. La suivante ne se fit pas attendre longtemps. Deux jours plus tard, une médaille d’or récompensait l’équipe militaire de parachutistes HayaBusa, confirmant ainsi son statut d’invincibilité. Le dernier jour, le triathlète Marten Van Riel mis, quant à lui, la cerise sur le gâteau. Comme en Corée quatre ans auparavant, il décrochait la médaille d’argent.

Avec une 28e place dans le classement par pays, la Belgique put certainement se targuer d’une participation réussie. De plus, notre pays se distingua par son unité. Aucun athlète de la Défense n’aura donné le meilleur de lui-même sans les encouragements des compatriotes présents dans les tribunes. Même si chaque athlète s’est pleinement concentré sur ses performances individuelles, l’esprit d’équipe fut omniprésent. Cette prédisposition mérite également d’être récompensée par une médaille.

Digne des Jeux olympiques

Des milliers d’athlètes, des dizaines de stades et un village pour athlètes flambant neuf… Ces Jeux militaires mondiaux auront profondément marqué les sportifs de haut niveau de la Défense. L’athlète Marten Van Riel a relevé de nombreuses similitudes avec les Jeux olympiques de Rio en 2016 auxquels il a participé : « Cet événement est incroyable. J’ai pu goûter à l’esprit olympique à Rio mais l’organisation chinoise était tout aussi valable. Lorsque je suis arrivé dans le village des athlètes, j’avais les yeux grands ouverts face à tout ce qui avait été réalisé. Mais nous pouvions nous y attendre de la part d’un pays comme la Chine. La cohabitation avec des athlètes pratiquant différentes disciplines et provenant d’une centaine de pays m’a totalement replongé dans l’esprit olympique. Je trouve génial qu’outre des sportifs de haut niveau, de nombreux autres athlètes aient la chance d’y participer. De plus, c’est vraiment une motivation pour tous les sportifs de la Défense d’en être dans quatre ans. »

Pas encore de candidats pour 2023

Ces Military World Games 2019 à Wuhan furent une édition inoubliable. Vu les moyens dont disposait la Chine, il sera quasiment impossible de surpasser ces jeux. Les égaler relèverait déjà de l’exploit. De nombreux pays semblent suivre le même raisonnement car il n’y a encore aucun candidat pour organiser les huitièmes MWG. Cette édition peut, quoi qu’il en soit, se révéler source d’inspiration et le CISM doit tout mettre en œuvre pour trouver un candidat du même acabit pour les prochains MWG.

Nouvelle dimension

Avec les Military World Games, le CISM démontre que le sport (de haut niveau) a plus que sa place dans toutes les armées du monde. Participer à ce grand événement sportif offre à chaque militaire une nouvelle dimension pour exercer sa discipline sportive. Une nouvelle preuve que le statut de militaire regorge de nombreuses possibilités.

SNMG
SNMG
Scorpion
Scorpion