There goes my people. I must follow them, for I am their leader.

Mahatma Gandhi (homme politique indien, 1869 – 1948)

Philip VAN IMPE

“Voici mon peuple. Je dois le suivre car je suis son chef.” En fait, la paternité de cette citation ne revient pas au Mahatma Gandhi, un des plus grands leaders politiques du 20e siècle, mais bien à un homme politique français du 19e siècle. Mais c’est grâce à Gandhi qu’elle est devenue célèbre et a inspiré d’autres grands leaders politiques tels que Martin Luther King et Nelson Mandela. Cette citation recèle quelque chose de paradoxal. N’est-ce pas le peuple qui suit son leader et non l’inverse? En fait, Gandhi voulait dire qu’il avait compris le désir d’indépendance du peuple indien, l’Inde ayant été une colonie britannique jusqu’en 1947, et qu’il suivait son peuple en ce sens. Sur la difficile voie de l’autonomie, il servait les Indiens avec un dévouement total le menant à faire toujours primer les intérêts de son peuple sur ses intérêts personnels. Une onde de choc secoua le monde lorsque, peu après l’indépendance de l’Inde, il fut assassiné par un extrémiste.

Gandhi incarne comme nul autre le leadership serviteur. Mais le concept du leadership serviteur est peut-être aussi vieux que l’humanité elle-même. La Bible nous relate l’histoire de Moïse qui reçut la mission de guider son peuple à travers le désert vers la Terre promise. Moïse accomplit la mission exténuante qui lui avait été confiée, mais mourut juste avant que son peuple n’atteigne cette terre d’espoir. La Bible nous raconte également que Jésus lava les pieds de ses apôtres en signe de servitude et d’humilité.

Le leadership serviteur a donc toujours existé, mais ce n’est qu’en 1970 qu’il fut décrit par l’Américain Robert Greenleaf dans son célèbre essai « Essentials of Servant Leadership ». Il fallut encore attendre le début de ce siècle pour que les études scientifiques se penchent sur les caractéristiques et le comportement des ‘leaders serviteurs’. Il ressort de ces études que le leadership serviteur a un effet renforçant, pas seulement sur l’équipe ou le groupe mais aussi sur chacun de ses membres. En outre, il semble que les leaders serviteurs se retrouvent dans tous les types d’organisations. Les modèles et théories relatifs au leadership serviteur permettent de dégager une série de caractéristiques communes.

Il existe un large consensus quant au fait que le leadership serviteur apparaît lorsque les leaders se mettent de manière désintéressée au service de leurs collaborateurs. Comme ce fut le cas pour Gandhi, le bien-être tant du groupe dans son ensemble que des individus qui le composent passe toujours au premier plan. Ce bien-être concerne tous les aspects qui peuvent influencer les performances du groupe.

Les leaders serviteurs ont une forte conscience éthique. Ils sont altruistes, ce qui signifie qu’ils veulent aider sans avoir d’objectifs personnels cachés. Ils veulent être une plus-value pour leurs collaborateurs. Ils font également preuve d’une grande empathie, cela signifie qu’ils peuvent fortement s’identifier aux arguments, aux sentiments et aux attentes des autres. Cette empathie se traduit également par une véritable volonté d’écoute. Les leaders serviteurs ne doivent pas nécessairement être charismatiques ou d’excellents communicateurs. Il s’agit souvent de personnes calmes qui font preuve d’une certaine modestie. Par leur comportement exemplaire, ils construisent un leadership qui repose sur une forte autorité morale et moins sur un pouvoir formel. Ce pouvoir formel, ils auront plutôt tendance à l’exercer à l’extérieur en vue de préserver les intérêts de leur équipe ou de leur groupe.

Comment notre organisation se positionne-t-elle par rapport au leadership serviteur? La Vision du Leadership aborde largement le concept de leadership serviteur. On peut y lire qu’il est essentiel que les leaders se mettent au service de leurs collaborateurs et non l’inverse. Notre Vision souligne que la Défense veut des leaders qui ont une forte conscience éthique et qui ont un comportement exemplaire. Les leaders serviteurs à la Défense veillent à la cohésion du groupe. Ils se rendent compte qu’une forte cohésion de groupe a un impact positif sur le moral et la motivation.

C’est pourquoi ils veulent créer un climat de confiance mutuelle et d’écoute dans lequel la contribution unique de chaque collaborateur est appréciée. Ils veillent à ce que les moyens soient disponibles pour travailler confortablement et en toute sécurité. Le bien-être psychosocial de leurs collaborateurs est également une priorité pour eux. Les leaders serviteurs veillent à appliquer des règles de comportement claires et mettent tout en œuvre pour prévenir toute forme de comportement inapproprié. Mais l’essentiel de ce qu’ils font est peut-être de créer un lien de confiance mutuelle avec leurs collaborateurs, voire de le renforcer. Ils le font en leur accordant l’attention personnelle dont ils ont besoin pour exceller. Ils connaissent les besoins, les capacités et les attentes de leurs collaborateurs et s’investissent dans le développement personnel de ceux-ci.

Les dirigeants qui pensent que le leadership serviteur n’est pas fait pour eux se trompent. Le leadership serviteur peut être développé. Le dictionnaire des compétences de la Défense comprend une série de compétences qui renvoient au leadership serviteur. La nécessité de développer suffisamment les compétences génériques (collaborer, être flexible, respecter les autres, faire preuve de loyauté et agir de manière intègre) est incontestable. Si l’on s’attarde plus en détail sur ‘faire preuve de loyauté’, on retrouve le principe de base du leadership serviteur: les intérêts de l’équipe l’emportent toujours sur les intérêts personnels… Mais il existe encore d’autres compétences liées au leadership serviteur telles que « donner l’exemple », « motiver » ou encore cette compétence fondamentale qu’est « favoriser le développement des autres ».

Nous avons commencé cet article par la citation mondialement connue de Ghandi. Nous le terminerons par une autre citation que l’on rencontre souvent et dont l’auteur est inconnu, mais que l’on peut considérer comme la devise du leader serviteur:

If serving is beneath you, leadership is beyond you!
Recrutement et sélection au temps du corona
Recrutement et sélection au temps du corona
HRC montre la voie
HRC montre la voie
L’ERM résiste à la crise
L’ERM résiste à la crise
La DG HR en JOPG Covid-19
La DG HR en JOPG Covid-19
Emma et Lucas
Emma et Lucas