Echange international à l’ERM

Joachim HERPELS

L’année académique 2019-2020 a vu dix-sept élèves étrangers suivre un semestre entier de cours au sein des promotions de l’Ecole royale militaire (ERM). Une nouveauté ? Non, une évolution naturelle dans une Europe qui se construit.

Les débuts

En 2009 déjà, sur la base d’une décision des ministres de la Défense de l’ensemble des pays de l’Union européenne, un groupe de travail a été créé afin de développer l’Erasmus militaire ou EMILYO (European Initiative for the Exchange of Military Young Officers, inspired by Erasmus). Ce groupe de travail, l’Implementation Group (IG), se réunit quatre fois par an à Bruxelles et dans d’autres villes européennes. L’objectif général de l’IG est d’harmoniser la formation de base des candidats officiers, d’accroître l’interopérabilité et de promouvoir la culture européenne en matière de sécurité et de défense.

En 2014, l’ERM a signé la charte Erasmus afin de développer son réseau international et de s’inscrire davantage dans l’échange international et le processus de Bologne. Ce dernier est un processus de rapprochement des systèmes d’études supérieures européens.
De plus, depuis 2016, l’ERM est un membre actif de l’IG et vise à développer ses programmes internationaux en Europe comme en dehors. Entre-autres, dans le but de répondre à une demande croissante de la part des postulants qui viennent frapper à la porte de l’école.

D’accord… mais c’est quoi l’Erasmus ?

Le nom du programme vient du moine humaniste et théologien néerlandais Érasme (ca. 1466-1536). Ce dernier a voyagé durant de nombreuses années à travers l’Europe pour s’enrichir des différentes cultures. Erasmus est aussi un acronyme signifiant « European Region Action Scheme for the Mobility of University Students » ou « Programme d’action européen pour la mobilité des étudiants ».
Le programme Erasmus est un programme d’échange d’étudiants et d’enseignants entre les universités et grandes écoles européennes et les établissements d’enseignement à travers le monde.

Bon, d’accord pour l’Erasmus… mais que vient faire l’armée dans tout ça ?

L’ERM est un établissement militaire d’enseignement universitaire, chargé de la formation académique, militaire et sportive des futurs officiers de la Défense et de la formation continuée des officiers par le Collège de Défense. Elle a pour objectif :

  • De former des officiers capables de conduire des hommes dans des circonstances variées, complexes, de haute technologie et exceptionnelles, au service de la communauté nationale et internationale ;
  • D’adapter en permanence sa formation aux besoins de la Défense ;
  • D’intégrer les valeurs de la société dans la Défense et de diffuser les valeurs propres à la Défense dans la société.

On le voit, le caractère formateur de l’ERM s’inscrit très clairement dans un cadre international. Tout militaire est aujourd’hui confronté à ce contexte international, que ce soit en mission opérationnelle ou de formation, lors de la négociation de contrats ou encore lors de l’échange de bonnes pratiques avec des pays amis.

L’idée de faciliter les échanges entre candidats officiers, pour le programme EMILYO, ou entre étudiants classiques, pour le programme Erasmus, vise à créer une compréhension mutuelle et une cohésion naturelle afin de promouvoir une harmonisation européenne. Pour la Défense, cette harmonisation touche à la sécurité collective de l’Union.

En plusieurs endroits de sa périphérie immédiate, l’Europe est en effet confrontée à une situation préoccupante. A l’Est, menace d’implosion sous l’effet de guerres civiles multiples (Irak, Syrie…) et du jeu auquel se livrent divers pays influents (Russie, Iran…). Au Sud, où la bande sahélo-saharienne est gangrenée par les groupes djihadistes. Le spectre de la guerre revient ainsi frapper à la porte de l’Union européenne.
C’est dans ce cadre que l’ERM développe aujourd’hui son réseau international.

Donc… on peut partir à l’étranger ?

En effet, chaque année, l’ERM envoie et accueille des candidats officiers de toute l’Europe et d’ailleurs. Les élèves ont le choix entre un semestre international, un mémoire ou un module d’échange court.
Semestre international
Les candidats officiers participent à un programme d’échange et passent un semestre dans un institut partenaire, comme Saint-Cyr en France ou la Military University of Land Forces en Pologne. Les candidats officiers EMILYO restent inscrits dans leur institut d’origine durant la partie de leurs études suivies à l’étranger. A leur retour, et s’ils ont réussi les examens requis, les candidats officiers se voient attribuer un certain nombre de crédits venant remplacer ceux qu’ils auraient obtenus à domicile.

Mémoire
Les candidats officiers ont aussi la possibilité de mener des recherches à l’étranger dans le cadre de leur mémoire. Ceci peut les amener à travailler dans un laboratoire ou un centre de recherche étranger, de participer à des séminaires ou de mener des enquêtes à l’étranger. Un promoteur de chaque institut suit et oriente le candidat officier durant ses recherches. A l’heure actuelle, nos candidats officiers sont présents en Suède, Norvège, Finlande, France, Allemagne et Lituanie.

Modules courts
Les élèves officiers ont aussi la possibilité de participer à des échanges courts allant de quelques jours à quelques semaines. Il peut s’agir de cours tels que :

  • Irregular Warfare en Suède ;
  • politique de sécurité et de défense commune en Italie ;

ou encore d’entraînements militaires et tactiques tels que :

  • chef de peloton grand froid en Estonie ;
  • camp jungle en Guyane.

Les cadres peuvent aussi participer à ces modules, ils peuvent partir à l’étranger en tant que professeur ou instructeur. Nous avons actuellement deux professeurs d’anglais présents au Portugal.

Coopération internationale
De plus, l’ERM développe aussi activement la coopération avec des instituts partenaires en dehors du programme Erasmus et du cadre EMILYO. La coopération bilatérale est sur les rails et des programmes d’échange sont en cours de développement afin d’envoyer les candidats officiers pour un semestre de cours ou une recherche de mémoire en dehors de l’Union européenne.
Dans le cadre de cette coopération, vous avez ainsi pu voir des cadets de l’Académie militaire de West Point (Etats-Unis) ou du Collège militaire royal de Saint-Jean (Canada) arpenter les pavés de l’ERM. La réciproque est en marche.

L’expérience EMILYO

Pour beaucoup, le programme d’échange offre l’opportunité de vivre pour la première fois dans un pays étranger. Il permet donc l’apprentissage de la culture de défense et des coutumes du pays d’accueil et le développement d’un sentiment communautaire entre des individus issus d’horizons différents. Les activités sociales et sportives, organisées dans les villes et organismes d’accueil, sont maintenant connues dans le milieu militaire de toute l’Europe.

La fête est donc présente, certes, mais l’enjeu est grand et les défis nombreux. La barrière culturelle et linguistique rend l’expérience aussi difficile qu’attrayante. Il ne s’agit plus uniquement d’apprendre quelque chose. Il s’agit maintenant aussi de l’apprendre dans un contexte différent et de pouvoir l’appliquer ou l’expliquer au regard d’une autre culture… Et vous en avez déjà certainement tous fait l’expérience, que ce soit en service ou en vacances, nous avons tous une grille de lecture différente des mêmes événements. Ceci sera d’autant plus vrai lors des futures missions de la Défense belge.

La garde professionnelle
La garde professionnelle
Instruction and Training Facility
Instruction and Training Facility
Des leaders transformationnels
Des leaders transformationnels
Emma et Lucas
Emma et Lucas