Transfert de militaires vers la Direction de la Sécurisation (DAB) de la police fédérale

Article : Gérald Finet - Photos : DG-HR, DG-Com

Fin décembre 2015, le gouvernement a décidé de rassembler certains services et corps de sécurité sous l’autorité de la Direction Générale de la Police Administrative de la police fédérale (Pol Fed) en créant une nouvelle Direction de la Sécurisation (DAB).

Les missions de sécurité de la DAB :

  • tâches policières pour les Cours et Tribunaux (mission actuelle du Corps de sécurité du SPF Justice);
  • sécurisation de l’infrastructure de l’aéroport international de Zaventem;
  • sécurisation des sites nucléaires;
  • sécurisation des bâtiments du SHAPE;
  • sécurisation des Palais Royaux;
  • sécurisation des bâtiments critiques tels que l’OTAN à Evere, les institutions européennes, les autorités nationales et internationales, les ambassades,…;
  • renfort ponctuel de la police;
  • escortes protocolaires.
Avec quel personnel ?

La DAB devrait à terme compter dans ses rangs 1660 membres du personnel. La majorité des futurs agents et assistants de sécurisation devrait être recrutée via un transfert organisé. Cela concerne principalement certains membres du personnel venant de la Défense, de la Justice, de la Protection civile et de la Brussels Airport  Company (BAC). Le cadre sera complété via un recrutement civil externe selon un processus semblable au recrutement externe des inspecteurs de police.
Pour le transfert organisé venant de la Défense, à partir de 2018, 150 postes par an sont réservés pour des volontaires. Ces 150 postes seront attribués prioritairement aux volontaires BDL qui sont dans les conditions d’une période de fin de carrière et qui en font la demande à partir du début de leur sixième année d’engagement et ensuite aux volontaires de carrière qui comptent plus de 20 ans d’ancienneté en service actif.
Les militaires seront recrutés en tant qu’agent de sécurisation de police afin d’exécuter toutes les missions mentionnées ci-dessus. Dans un premier temps, les affectations des ex-militaires  seront prioritairement orientées vers la sécurisation des sites nucléaires et des points sensibles qui faisaient déjà l’objet d’une protection rapprochée pendant les engagements OVG.

Le projet de transfert des militaires a débuté dès novembre 2017 par une campagne d’information pilotée conjointement par le service Mobilité Externe de la DG HR et les services de recrutement et de formation de la Police Fédéral. Six sessions d’informations ont été organisées dans les écoles fédérales de la police fédérale et aussi à Bruxelles (Etterbeek) dans le site où sera installé le futur état-major de la DAB. Elles étaient toutefois exclusivement réservées aux volontaires de carrière car les premiers volontaires BDL seront dans leur période de fin de carrière au plus tôt qu’à partir de 2019. Ils n’entraient donc pas encore en ligne de compte pour un transfert en 2018.

Un site web spécifique a également été développé par la Pol Fed : https://www.jesecurise.be, et par la Défense : https://www.mil.be/fr/page/partenaires-projets-secteur-public. Les militaires intéressés y trouveront toutes les informations nécessaires relatives au groupe-cible, à l’introduction d’une candidature, à la sélection, à la formation de base de six mois et aux modalités du transfert du statut de militaire à celui d’agent de sécurisation de police. Ces informations sont aussi accessibles via votre smartphone.

Candidature

Un premier appel à candidatures a été lancé en ce début d’année 2018 via l’intranet de la DG HR et vise une première incorporation, après sélection par la Pol Fed, début mai et début juin. D’autres appels suivront rapidement visant plusieurs vagues d’incorporation successives. Le deuxième appel sera à nouveau exclusivement réservé aux volontaires de carrière et visera des incorporations dans le courant du dernier quadrimestre 2018. Le troisième appel sera le premier appel mixte, ouvert à la fois aux volontaires BDL, prioritaires, et aux volontaires de carrière, et visera les incorporations planifiées entre mars et juin 2019. Chaque appel sera précédé d’une nouvelle campagne d’information.

Une candidature pour un transfert vers la DAB doit d’abord être approuvée par les gestionnaires de personnel de la DG HR. Si le candidat réussit les épreuves de sélection de la police fédérale et si le quota annuel de 150 militaires transférés n’est pas encore atteint, il suivra d’abord une formation de base d’environ six mois dans l’une des quatre écoles fédérales de la police (Anvers, Gand, Jumet ou Vottem). L’incorporation au sein de la Pol Fed coïncide avec le début de la formation de base. La première affectation au sein d’un service de la DAB se fera après la réussite de la formation de base, en fonction des besoins prioritaires du moment de la Pol Fed et en tenant compte des souhaits des candidats.

Retour à la Défense possible après le transfert ?

La perte de la qualité de militaire par transfert est actée au moment de l’incorporation mais un retour vers la Défense reste toujours possible durant la première année qui suit la date du transfert, c’est-à-dire après six mois en cas d’échec à la formation de base ou sur simple demande du candidat qui ne souhaite pas prolonger l’expérience. Il sera alors repris en force avec l’ancienneté de service et l’ancienneté pécuniaire qu’il aurait eues s’il n’avait pas été transféré. Le militaire BDL sera pris en charge, directement après son retour à la Défense, pour entamer un programme de réorientation professionnelle. La durée et le contenu de ce programme varieront en fonction de son ancienneté. Son engagement prendra fin dès qu’il trouvera un nouvel emploi en dehors de la Défense ou au plus tard à la fin de son programme de réorientation professionnelle.

Tout en contribuant à la politique de rajeunissement de la Défense, le projet comporte pour le militaire candidat les avantages et intérêts suivants :

  • répartition des postes au sein de la DAB sur l’ensemble du territoire national;
  • sélection écourtée et simplifiée;
  • formation de base organisée sur quatre sites, deux F et deux N, répartis en Wallonie et Flandres.
  • statut pécuniaire attractif, en particulier pour ceux qui occuperont un poste dans le régime 24/7 (ex : sites nucléaires);
  • régime de travail hebdomadaire normal ou en shift;
  • possibilité, deux ans après la nomination dans le statut d’agent de sécurisation, de promotion sociale à la demande (sans quota limitant le nombre de places ouvertes) vers le cadre de base de la Pol Fed – Niv C – inspecteur de police;
  • une carrière complète jusqu’à la retraite au sein de la Police Fédérale.

Plus de soixante volontaires de carrière ont déjà répondu au premier appel. Au moment où vous lirez ces lignes, le deuxième appel aura certainement déjà été lancé. Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à consulter les sites web de la police fédérale et de la Défense ou à contacter le service  Mobilité Externe pour plus d’infos.

POC: DGHR-TF-MOB-EXT@mil.be