BelADL et le « blended learning »

Philippe KELLEN
Les débuts

Officialisée par le CHOD début 2012, le «blended learning», mélange de formations à distance et de formations en présentiel, est associé à la plateforme BelADL, accessible depuis l’internet.

 

Différents projets de « blended learning » ont été créés au fil du temps. Depuis mars 2019, la plateforme compte plus de 21.000 utilisateurs enregistrés, militaires, civils, ou externes ayant un lien avec la Défense.

Dès 2012 et sur base volontaire, de petits projets de cours à distance y ont été réalisés, comme les cours et exercices de l’Ecole Royal des Sous-officiers (ERSO) pour les promotions sociales (CourCo, cours par correspondence), ou encore les cours sur la théorie des différents véhicules de la Défense, avec l’aide du CIBE Sud et du CBOS Noord.

La généralisation

C’est à partir de 2016 que l’usage de BelADL s’est généralisé au sein de la Défense. Les cours de rappel et les tests annuels des JICCS (Joint Individual Common Core Skills) y ont été implémentés par les organismes de formation concernés. Ces cours et tests sont facilement accessibles à tous. En 2018, plus de 13.000 membres du personnel ont réalisé leurs tests annuels des JICCS sur BelADL.
Certaines accréditations se font maintenant également par BelADL. C’est le cas pour le personnel qui doit utiliser le réseau classifié SDN (Secure Defence Network). Un cours récapitulatif sur la matière ainsi qu’un test certificatif y ont été implémentés par ACOS IS. A ce jour, plus de 500 personnes ont été accréditées.

A l’avenir, cela pourra également concerner d’autres réseaux classifiés tel que le réseau BINII (Belgian Intelligence Network Information Infrastructure).

La Formation de base d’état-major en « blended learning »

La formation de base d’état-major (FBEM), une formation statutaire suivie par tous les officiers en principe avant le grade de capitaine, connait elle aussi un changement. Jusqu’en 2018, la FBEM consistait en deux période de formation de 15 jours, une phase commune et une phase Ops, en présentiel au Collège de Défense (DefCol). Depuis le début de 2019, le « blended learning » a été introduit dans la phase commune. Celle-ci s’articule maintenant comme suit:

  • une journée de contact
  • 6 jours d’apprentissage à distance, à choisir dans une période de deux mois
  • 8 jours de cours en présentiel au sein du DefCol

Le but est de rendre le mode de travail plus flexible, à la fois pour l’organisation et pour les stagiaires. Pour ces derniers, il s’agit également de parvenir à leur donner un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

La réalisation de 6 jours de cours à distance ne s’est pas faite par coup de baguette magique! Il a fallu choisir quels cours transformer en e-learning, et réaliser cette transformation avec les différents professeurs concernés. Un logiciel de création de cours (Xerte), ouvert à tous, a été mis en place au sein de la Défense, afin de rendre ces cours attractifs.

Il a fallu également sensibiliser les chefs de corps pour qu’ils accordent les 6 jours de formation à distance en concertation avec les jeunes officiers concernés. Une convention d’apprentissage a été créée pour l’occasion. Aujourd’hui, plus de 120 jeunes officiers, répartis en quatre sessions, sont passés par ce nouveau concept de formation du DefCol. Nous avons pu, grâce aux feedbacks, récolter les premières impressions :

  • Concernant les 6 jours prévus pour l’apprentissage à distance, une petite minorité nous a avoué, surtout à la première session, ne pas les avoir reçus complètement, ou ne pas avoir réussi à se déconnecter totalement du travail quotidien pendant cette période.
  • Concernant la quantité de matière à étudier, celle-ci a été évaluée un peu trop importante au début, mais a été adaptée par la suite.
  • Concernant la qualité de la formation, deux leçons ont été tirées et sont en voie de correction:
    • La nécessité tout d’abord de « blender » la formation à distance. Chaque formation à distance doit être suivie d’un petit récapitulatif en présentiel. C’est maintenant le cas.
    • Ensuite, certains cours à distance n’étaient pas de qualité par rapport à d’autres et seront revus par les professeurs concernés.
Que nous réserve le futur ?

Au début du projet BelADL, certains professeurs ou organismes de formation avaient des réticences vis-à-vis du « blended learning » et de la plateforme. Avec tous les exemples positifs de formations différentes sur BelADL, les réticences tombent peu à peu et l’usage de la plateforme se généralise de plus en plus.

Parmi les défis, nous pourrions augmenter les synergies entre les organismes de formation. Par exemple, les cours récemment créés par le DefCol pourraient être facilement adaptés pour être également dispensés lors de formations au sein de l’ERSO.

Un autre défi, plus technique, sera de réaliser une meilleure intégration avec les systèmes HRM@Defence, ELM et HCM (voir les HR-Topics précédents). Les points des JICCS passés sur BelADL pourraient par exemple automatiquement alimenter ces systèmes.

Le « blended learning » et sa plateforme dédiée BelADL sont en constante évolution. Jetez-y un coup d’œil ! Si vous avez le moindre besoin ou question en la matière, n’hésitez pas à contacter l’équipe BelADL à l’adresse beladl@mil.be